Sport auto

Dakar : première victoire pour le Toyota Hi-Lux !

En tête des ventes de pick-ups à la Réunion, le Toyota Hi-Lux de l'écurie Gazoo Racing piloté par Nasser Al-Attiyah a remporté pour la première fois l'épreuve mythique du Dakar qui a eu lieu cette année uniquement sur les pistes du Pérou. Sébastien Loeb sur une Peugeot 3008 DKR privée termine sur la troisième marche du podium.


Le Pérou a accueilli la 41e édition du Dakar, achevée à Lima après 10 étapes éprouvantes dont sont sortis victorieux un Toby Price héroïque en moto, Nasser Al Attiyah pour un troisième titre en auto avec une aisance stratégique exemplaire, Nicolas Cavigliasso en quad sur un mode de domination encore jamais vu sur le Dakar, Francisco « Chaleco » Lopez pour un retour et une reconversion gagnante après six ans d’absence chez les SxS, et Eduard Nikolaev pour un quadruplé en camions. Au-delà des vainqueurs, 179 pilotes et équipages (75 motos, 15 quads, 76 autos dont 20 SxS et 13 camions) ont rejoint Lima pour y savourer en fin de journée une cérémonie de podium sur la plage de Magdalena… là où tout avait commencé.

Un seul duo est parvenu à passer à travers toutes les embuches, à trouver l’équilibre parfait entre la performance et la sécurité du pilotage, à saisir toutes les subtilités de navigation qui leur étaient imposées… il s’agit de l’attelage composé de Nasser Al Attiyah à la manœuvre et de Mathieu Baumel au micro. Au terme de ces dix étapes dont il en a remporté trois, le pilote qatari s’impose aussi pour la troisième fois sur le Dakar, selon un scénario manifestement peaufiné avec un sens stratégique abouti. Tour à tour, le « Prince du désert » a éloigné ses poursuivants directs, portant un coup radical à la concurrence sur l’étape de Super Ica (Et.8), où il a pris soin de se ménager un départ bien plus lointain que ses rivaux. Tout en contrôle, le patron de la course a ensuite observé ses poursuivants se débattre dans les dunes, qu’ils s’appellent Stéphane Peterhansel, Sébastien Loeb ou Nani Roma, pour aller réparer à Lima une incongruité historique. Toyota, la marque qui a certainement aligné le plus grand nombre de véhicules dans l’histoire du Dakar, s’impose pour la première fois dans la catégorie autos, récompensant les efforts du Team Overdrive, qui a plusieurs fois buté sur les Peugeot ou les Mini pour accéder à la plus haute marche, avec Giniel de Villiers ou déjà avec Al Attiyah l’année dernière. Côté X-Raid, c’est finalement avec la Mini 4x4 que l’équipe obtient ses meilleurs résultats, avec Nani Roma en 2e position tandis que Jakub Przygonski a encore gravi une marge dans la hiérarchie en se hissant à la 4e place. Le défi de Sébastien Loeb a bel et bien semblé crédible au vu des écarts qu’il est capable de réaliser lorsque tous les signaux sont au vert. Mais les fautes de navigation et les pannes mécaniques ont eu raison de ses espoirs de victoire. Il repart avec quatre étapes supplémentaires et une nouvelle place sur le podium final (3e).

Vendredi 18 Janvier 2019
Jean Pierre Vidot
Lu 186 fois



Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 9 Janvier 2019 - 13:40 Dakar : Loeb revient en course…